Google+ Followers

Rechercher dans ce blog

lundi 5 octobre 2015

décès de Henning Mankell

 

Le romancier et dramaturge suédois Henning Mankell est mort dans la nuit de dimanche 4 à lundi 5 octobre, à l’âge de 67 ans. L’écrivain, dont les livres ont été traduits dans trente-cinq langues et vendus à quarante millions d’exemplaires, avait révélé son cancer en 2014, dans une interview au quotidien suédois Göteborgs-Posten.

Henning Mankell est surtout connu pour sa série sur le taciturne inspecteur Kurt Wallander : au total, douze romans, dont Les Chiens de Riga et La Lionne blanche. Ce policier de la petite ville côtière du sud de la Suède Ystad à la personnalité difficile était devenu un personnage de série de la BBC, joué par l’acteur britannique Kenneth Branagh.


Son œuvre comprend des livres pour enfants, des pièces de théâtre et des romans. Dans son dernier livre paru cette rentrée en France, Sable mouvant. Fragments de ma vie, l’écrivain racontait son combat contre le cancer.

Engagé à gauche

« Quand j’ai commencé à écrire, j’ai voulu changer de perspective, voir le monde sous un angle différent. J’ai été sollicité, un jour [dans les années 1970], pour participer à un projet théâtral en Zambie. J’étais invité pour une semaine en Afrique, je n’en suis jamais vraiment reparti. C’est comme quand vous allez acheter du lait et que vous ne revenez plus », avait-il expliqué au Monde en 2005. L’écrivain partageait sa vie entre le Mozambique et la Suède, « un pied dans la neige, un pied dans le sable ».
Engagé à gauche, il décrivait dans ses romans les turpitudes de la société suédoise confrontée à la fin de l’Etat-providence. « Il a décrit les coulisses sombres du modèle nordique », analyse pour l’Agence France-Presse le journaliste et auteur de polars Olivier Truc. « Il assumait son rôle de critique » envers « une social-démocratie qui a trahi la classe ouvrière ».
Viscéralement propalestinien, il a apporté, plus récemment, son soutien à plusieurs flottilles humanitaires en partance pour Gaza. « La solidarité avec les faibles et les opprimés traverse son œuvre comme un fil rouge », écrit la maison Leopard, qu’il avait fondée en 2001 avec l’éditeur Dan Israel.
« L’écriture était vitale pour Henning », a réagi lundi Dan Israel, cité par l’agence TT, qui a rencontré l’écrivain quelques jours avant sa mort. « Il envisageait d’écrire un nouveau Wallander pour les 25 ans de la série l’an prochain », a-t-il assuré. « Il pensait sûrement tenir plus longtemps » face à la maladie, a ajouté l’éditeur.
Henning Mankell était marié à Eva Bergman, 70 ans, fille du cinéaste Ingmar Bergman, dont il était proche.



*

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire